Un service de l'État français
logo mon-entreprise.fr
logo marianne

Covid-19 : Simulateur de chômage partiel

Comment calculer l'indemnité de chômage partiel ?

Ce simulateur permet de connaître le revenu net versé au salarié, ainsi que le coût total restant à charge pour l'entreprise en cas de recours à l'activité partielle.

Toutes les indemnités d'activité partielle sont prises en compte, ainsi que les cotisations qui leur sont associées.

🚩 Avant de commencer...

  • Ce simulateur ne prend pas en compte les rémunérations brut définies sur 39h hebdomadaires.

👨‍💻 Intégrer ce simulateur sur votre site

Pour l'entreprise : déclarer une activité partielle 📫

Face à la crise du coronavirus, les modalités de passage en activité partielle ont été allégées. L'employeur est autorisé a placer ses salariés en activité partielle avant que la demande officielle ne soit déposée. Celui-ci dispose ensuite d'un délai de 30 jours pour se mettre en règle. Les indemnités seront versées avec un effet rétro-actif débutant à la mise en place du chômage partiel.

➡ Effectuer la demande de chômage partiel.

⚠ Cotisations sociales

L'indemnité d'activité partielle est soumise à la CSG/CRDS et à une contribution maladie dans certains cas. ➡ En savoir plus sur le site de l'URSSAF

Indépendants 🚶‍♀️

Les petites entreprises et les indépendants qui subissent une fermeture administrative OU qui auront connu une perte de chiffre d'affaires d'au moins 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019 bénéficieront d'une aide de 1 500 euros. Pour bénéficier de cette aide forfaitaire il faudra faire une déclaration sur le site de la DGFiP.

➡ Plus d'informations sur le site du Ministère de l'Économie et de l'Urssaf.

Prime pour les salariés présents 👨‍🔬

Le gouvernement invite les entreprises à verser une prime de 1 000 euros défiscalisée et désocialisée à leurs salariés qui se rendent sur leur lieu de travail pendant la crise sanitaire du coronavirus. Il s'agit de la « prime exceptionnelle de pouvoir d'achat » décidée à la suite de la crise des gilets jaunes dont le recours est encouragé, notamment en supprimant l'obligation de signer un accord d'intéressement pour bénéficier de l'exonération sociale et fiscale.